Cours de taï jutsu
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
ITAF - Le Forum Index du Forum -> Le Corps / Body -> Taijutsu  
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Frankie
Shomokuroku
Shomokuroku

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2010
Messages: 130
Masculin
Grade: 5ème Kyu

MessagePosté le: Sam 9 Avr 2011 - 15:09    Sujet du message: Cours de taï jutsu Répondre en citant

p { margin-bottom: 0.21cm; }
Modeste professeur depuis septembre dernier, mes cours sont en constante évolution. Voici toutefois un exemple de cours de taï que je fais, en ce moment. Il me semble un bon compromis entre plusieurs domaines.
Je vous soumets mon squelette de cours ; dites-moi ce que vous en pensez :


Voici la structure suivie :


  1. Chutes avant et déplacement shikko ; le cours de taï a lieu après celui des armes, néanmoins il me semble intéressant de poursuivre l'échauffement, tout en apprenant la possibilité de chuter, trop peu abordée – à mon sens – dans le courant Iwama
  2. Taï no henko et morote dori kokyu ho. Là, deux possibilités :
    1. finir l'échauffement (ce qui suppose que ces techniques sont déjà connues un minimum) ; 3 ou 4 fois chacun, en veillant à être particulièrement dense dans la saisie
    2. on y passe un peu plus de temps (découverte ou approfondissement, notamment si on projette de travailler des variantes de morote ou des techniques ura, etc …)
  3. 3 techniques sur une même attaque.
    Travail le plus souvent en kotaï, mais rien n'interdit le travail fluide. On corrige tout de suite les défauts, on détaille, on fignole. Cette partie est celle qui prend le plus de temps.
  4. Ju waza sur l'attaque vue en 3). cela permet aux débutants de retrouver les repères mis en place précédemment. Pour les anciens, c'est toujours une bonne base à partir de laquelle ils pourront extrapoler et se lâcher davantage.
    Ce n'est plus le temps des corrections, où on arrête immédiatement l'élève car on a vu un gros défaut. On laisse le corps s'exprimer et on regarde ce qu'il a intégré. Travail fluide que je décompose en 3 niveaux, grossièrement : vitesse 1 (lente), 2 (modérée), et 3 (normale).
    On sera moins parfait qu'en kotaï, nos positions hanmi seront moins rigoureuse, on va parfois tirer un peu, etc. Mais ce n'est pas grave, c'est un mal nécessaire ; le partenaire est vivant, à nous de nous adapter en essayant de se rapprocher le plus possible de ce que l'on produit en kihon / kotaï.
  5. Application des techniques d'aïkido à une situation d'agression.
    Une ou deux techniques en relation avec au moins l'une des trois techniques vues en 3°), histoire de connaître les points essentiels de la clé/projection.
    Je précise bien qu'ici, on ne travaille plus avec un partenaire mais avec un agresseur.
    Permet d'aborder quelque chose qui est très rarement, voire jamais, vu en aïkido : savoir donner des atemis (de toutes sortes, y compris coudes, coup de tête, …).
    Les techniques se concluent avec une clé ou une projection, après moults atémis.
    C'est l'occasion également de travailler sur des attaques moins conventionnelles : direct, crochet, uppercut, coups de pieds. Et de sortir du tsuki stéréotypé empruntée au karaté, par exemple.
  6. Suwari waza kokyu ho.
p { margin-bottom: 0.21cm; }
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 9 Avr 2011 - 15:09    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Brunolito
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2010
Messages: 509
Localisation: Midi-Pyrénées
Masculin
Grade: Nidan

MessagePosté le: Dim 10 Avr 2011 - 15:10    Sujet du message: Cours de taï jutsu Répondre en citant

Tout d'abord, bravo Frankie pour l'ouverture de ton dojo. L'enseignement est un pas qui nous permet d'apprendre énormément en tant que pratiquant, c'est une grande chance.
Une bonne ossature pour moi, malgré quelques points de détails que j'ai supprimé dans mes cours. Par exemple les chutes, nous les abordons un peu en début d'années, mais je n'aime pas perdre de temps avec ça, c'est à chacun, lors du travail libre de les travailler. Dans l'absolu, si une technique est correctement effectuée, il n'y a pas de chute possible, donc l'utilité de l'étude de ces dernières ne m'apparait pas comme indispensable. De même pour shikko, nous ne faisons pas de suwari waza, c'est inadapté à notre physiologie, celà relève plus de la torture que de l'étude, enfin pour moi, et je crois que beaucoup partage mon avis. j'ai appris dernièrement que même les japonais rencontraient des difficultés pour l'étude du suwari depuis qu'ils ont adopté le mode de vie occidental voilà prés d'un siècle. La réalité martial du suwari n'existe plus, je pense que ces jours sont comptés, l'étudier est un folklore douloureux. Mais ceci pourrait faire le sujet d'un post à lui tout seul.
Sinon tout le reste m'a l'air tout bon, tu as trouvé une bonne formule là. Pour ma part je sépare même mes deux cours dans la semaine avec un "débutants" et un "avancés". Dans le débutant, suburis et techniques de bases, dans l'avancé, kumitachi, kumijo, et techniques évoluées de taijutsu.
_________________
"En ces temps de supercherie, dire la vérité est un acte révolutionnaire." G. Orwell
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Frankie
Shomokuroku
Shomokuroku

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2010
Messages: 130
Masculin
Grade: 5ème Kyu

MessagePosté le: Lun 11 Avr 2011 - 13:19    Sujet du message: Cours de taï jutsu Répondre en citant

Juste pour te répondre, Brunolito :

- Sans y passer un temps démesuré, je souhaite que mes élèves sachent chuter un minimum, ou en tout cas aient le moins d'appréhension possible lorsqu'ils chutent. Bien sûr, lors d'une technique, ils n'ont pas la possibilité de chuter bien comme il faut, en avant. Mais je pense tout de même que le fait d'avoir exécuté un certain nombre de chutes permet au pratiquant de davantage se libérer lorsqu'il subit une technique et que celle-ci se conclut par une projection.
 Exemple type : tenchi nage arrangé pour ne pas exploser les vertèbres de uke ; il faut bien que celui-ci chute et autant que ce soit dans les meilleures conditions.
Et c'est encore plus vrai lorsqu'on va contraindre à une chute plus enlevée (dite plaquée).

- Shikko est uniquement abordé pour un échauffement des cuisses et du souffle, bref pour finir l'échauffement général. Je partage tout à fait ton point de vue sur l'utilité de la chose.
Revenir en haut
Matthieu Jeandel
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2010
Messages: 286
Localisation: Héricourt
Masculin
Grade: Godan

MessagePosté le: Lun 11 Avr 2011 - 22:30    Sujet du message: Cours de taï jutsu Répondre en citant

Bonjour Frankie


Enseigner n'est pas une mince affaire du coup il est toujours un peu délicat de donner son avis sur l'enseignement d'un autre pratiquant. 


Mais bon vu que c'est le jeu du forum et que tu as posé la question ;-)


Personnellement je considère l'enseignement des chutes dont elles sont enseignées absolument inutile voir à l'opposé de l'argument que tu avances: "je souhaite que mes élèves sachent chuter un minimum, ou en tout cas aient le moins d'appréhension possible lorsqu'ils chutent". Le travail des chutes comme construit à l'heure actuelle ne permet d'enlever l'appréhension de la chute en situation, l'exercice proposé n'est en rien une aide ni ne permet la construction d'un travail de chute solide. 


Ce n'est que mon avis et Bruno ici présent pour témoigner que je dis la même chose en stage mais à la différence que sur un tapis, je peux illustrer le pourquoi je dis cela et surtout je propose un travail de chute qui s'inscrit dans une réelle construction de la chute en situation. 


Sinon je suis pas pour le côté mise en application des techniques en situation d'aggression, je sais que c'est une recherche que tu as et une question que tu te poses et il est normal de la voir ressortir dans ton enseignement. Mais je ne vois pas bien l'intérêt. 
Sinon utiliser une saisie et décliner des techniques c'est comme cela que nous faisons tous nos armes quand on commence l'enseignement c'est la porte d'entrée la plus simple et la plus sure.


Bonne chance pour la suite. 
_________________
"Il ne savait pas que c'était impossible, alors il l'a fait..." M.Twain
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Frankie
Shomokuroku
Shomokuroku

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2010
Messages: 130
Masculin
Grade: 5ème Kyu

MessagePosté le: Mar 12 Avr 2011 - 12:49    Sujet du message: Cours de taï jutsu Répondre en citant

Salut Matthieu

je suis intéressé par tout autre travail de construction de la chute, notamment en situation. Quand j'aurais du temps ...
Je sais que, pour ma part, lorsque je suis arrivé de la ffab à la ffaaa, je ne savais pas vraiment chuter, je me débrouillais tant bien que mal mais j'avais certaines appréhensions lors de chutes bien envoyées.
Je n'ai pas apprécié plus que cela mon parcours à la FFAAA mais il y a au moins une chose que j'en ai retiré : l'apprentissage des chutes. Et, depuis, je n'ai plus d'appréhension et je peux chuter (à peu près) dans n'importe quelle situation (y compris, bien entendu, sur techniques Iwama).
Je me dis que ça a finalement au moins servi à cela et que cet apprentissage n'a pas été inutile.

Je peux te citer quelques intérêts (que je vois, personnellement) à la mise en application des techniques d'aïkido :

- sortir du cadre classique d'entraînement (bousculer ses habitudes)
- appréhender des types d'attaques plus "réalistes" qu'on a rarement l'occasion de voir, notamment en ce qui concerne les coups de poing. Que fait un aïkidoka stéréotypé face à un direct qui se rétracte dans l'instant ?
- apprendre à donner des atemis (l'aïkido, disait un certain gars, est irimi et atemi)
- s'entraîner à irimi dans un contexte plus délicat
- etc ..
Revenir en haut
LdB
Kirigami
Kirigami

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2011
Messages: 8
Grade: 1er Kyu

MessagePosté le: Mar 19 Avr 2011 - 14:04    Sujet du message: Cours de taï jutsu Répondre en citant

Pour le travail de chute je suis très inspiré par ce que montre Leo Tamaki d'une part (permet de sentir l'utilisation de la hanche en plus de chuter sans bruit sur des projections difficiles, il explique très très bien dans ses courts) et les systemeux d'autre part (chutes variées connectées au travail du sol sur tout type de surfaces).

http://youtu.be/vpbwxXAbyAs

http://youtu.be/1og919qnBmQ
Revenir en haut
Brunolito
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2010
Messages: 509
Localisation: Midi-Pyrénées
Masculin
Grade: Nidan

MessagePosté le: Dim 24 Avr 2011 - 10:44    Sujet du message: Cours de taï jutsu Répondre en citant

J'ai corrigé tes liens Ldb pour les rendre actifs. Merci pour ta contribution.
_________________
"En ces temps de supercherie, dire la vérité est un acte révolutionnaire." G. Orwell
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
LdB
Kirigami
Kirigami

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2011
Messages: 8
Grade: 1er Kyu

MessagePosté le: Jeu 28 Avr 2011 - 18:14    Sujet du message: Cours de taï jutsu Répondre en citant

Merci modo Smile
Revenir en haut
LdB
Kirigami
Kirigami

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2011
Messages: 8
Grade: 1er Kyu

MessagePosté le: Jeu 19 Mai 2011 - 10:57    Sujet du message: Cours de taï jutsu Répondre en citant

J'ajoute une courte vidéo assez sympa concernant les ukemi http://vimeo.com/23824867
Revenir en haut
Brunolito
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2010
Messages: 509
Localisation: Midi-Pyrénées
Masculin
Grade: Nidan

MessagePosté le: Ven 20 Mai 2011 - 09:29    Sujet du message: Cours de taï jutsu Répondre en citant

Dommage, on entend pas bien ce qu'il raconte.
_________________
"En ces temps de supercherie, dire la vérité est un acte révolutionnaire." G. Orwell
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
SHOSHIN
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Sep 2010
Messages: 90
Grade: Shodan

MessagePosté le: Sam 21 Mai 2011 - 04:48    Sujet du message: Cours de taï jutsu Répondre en citant

La préparation à la chute a deux aspects dans mon expérience:
- un apprentissage de la théorie et une répétition inlassable pour se mettre à l'aise
- une expérience des corporelle des limites. Exemple dans mon premier club en judo - JJ, le prof ou les 2 ou 4 plus gradés formaient des lignes et tous les élèves avaient droit à ippon seoie nage et harai goshi deux fois. Au bout de quelques mois, on avait beaucoup moins peur de chuter...


Je dois dire que c'est un débat qui existerait a peine en judo: l'ukemi est répété sans relâche parce que c'est une question de survie: non seulement on chute dans les positions les plus scabreuses et dangereuses mais en plus souvent on se prend tori plein pot. (D'ailleurs c'est une technique méconnue du JJ: je tombe sur uke et je le percute sur le sol, ça va le ramollir - bien sûr faut pas rater uke...;-)


Dans le même ordre d'idée, il faut aussi se demander de quoi on parle:
- de chuter sur un tapis
- en fait de ne pas chuter mais survivre a la chute (brise - chute disait-on en judo dans les annees 60)
- dépasser la peur de chuter pour accroître ses chances de ne pas se faire mal (genre je suis crispé, je tombe sur le coude, je me déboite l'humérus ou le scaphoïde)


Pour moi ça fait partie de la culture budo et ça devient un des bénéfices de la pratique en dehors des tapis: deux ou trois fois ça m'a sauvé la mise (moto, bagarre, distraction etc) et à d'autres: mon père est en vie grâce à ses années de judo.


Ce qui est fatigant en revanche dans les chutes c'est le côté spectaculaire inutile , le côté dominateur de certains tori (en démo c'est flagrant). 


L'ukemi est d'ailleurs en définitive je trouve un concept plus intéressant: on sait que l'ukemi est peu réaliste mais quel bénéfice pour le pratiquant... Smile
_________________
Une lumière inférieure demanda un jour à Ummon//
Quelle est la nature - Dieu / Bouddha / Vérité Centrale? \\
Ummon lui répondit //
Un bâton à merde bien sec.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:09    Sujet du message: Cours de taï jutsu

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
ITAF - Le Forum Index du Forum -> Le Corps / Body -> Taijutsu  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers: