Triangle / Cercle / Carré: de la forme à l'esprit
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
ITAF - Le Forum Index du Forum -> L'Esprit / Mind -> Philosophie  
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Matthieu Jeandel
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2010
Messages: 286
Localisation: Héricourt
Masculin
Grade: Godan

MessagePosté le: Jeu 25 Mar 2010 - 09:59    Sujet du message: Triangle / Cercle / Carré: de la forme à l'esprit Répondre en citant

Matthieu J2 août 2006

On entend souvent parler en aikido, d’ésotérisme qui se rattacherait à la numerologie.De plus O’Sensei insistait sur la notion de triangle, cercle, carre. Peut on faire une relation entre ces symboles et ce que l’on appelle ésotérisme ? Et comment en prendre conscience sur le tapis ?
Merci

Philippe Voarino, 3 août 2006

Bonjour Matthieu. Merci pour cette question qui me permet d’apporter quelques précisions sur un aspect de l’Aikido qui est parfois mal compris. Sur ce même forum, il y a quelque temps déjà un débutant qui remerciait pour les informations techniques qu’il trouvait sur le site regrettait de ne pas y trouver aussi l’aspect spirituel de l’Aikido. Il n’avait pas compris la chose suivante : il n’y a pas d’une part, dans l’enfer de la cuisine où s’élabore le repas entre fourneau et sueur, l’aspect technique de l’Aikido qui serait le parent pauvre, le prolétaire, et, d’autre part, sur la table de la salle à manger parée de vermeil et de cristal, l’aspect spirituel de l’Aikido qui trônerait là comme sa contrepartie aristocratique. La spiritualité de l’Aikido se trouve dans la technique elle-même.

Je m’explique. L’Aikido est né le jour où O Sensei a adopté la position hanmi. Cette position hanmi est appelée sankaku (trois angles), c’est le triangle. Si hanmi est si importante c’est parce que cette position est la clef de l’entrée dans le mouvement, de ce que l’on appelle en Aikido irimi. Hanmi est ce qui permet, sur le plan technique, l’initiative dans l’action, la prise de contact, et cela dans toutes les directions de l’espace et instantanément. Pour O Sensei, le triangle représentait IKUMUSUBI, c’est-à-dire le fondement de la vitalité. C’était pour lui la figure géométrique symbolisant la vie et le mouvement, l’écoulement du KI et le Ciel. Le triangle c’est le nombre 3. Du Un on ne peut rien dire, même pas qu’il est. C’est ce qu’enseigne le Tao, c’est également ce que dit le Zohar : « Quand l’Inconnu des Inconnus voulut se manifester, il commença par produire un Point : tant que ce point lumineux n’était pas sorti de son sein, l’Infini était encore complètement ignoré et ne répandait aucune lumière. » Pour se manifester, le Un doit donc se diviser. La première division fait apparaître le 2, c’est le yin et le yang, ce qu’O Sensei appelait I-KI, l’eau et le feu, le feu et l’eau, c’est-à-dire KA-MI, ou encore, si l’on veut personnifier ces forces, IZANAGI et IZANAMI. Le triangle initial est donc le trait d’union entre le Un indifférencié, source et principe, géniteur androgyne, et les parents primordiaux, sortis de Lui, IZANAGI ET IZANAMI desquels naîtra toute la création, les fameux dix mille êtres. Ce n’est pas autre chose que la Sainte Trinité, et nous avons cela sous les yeux depuis plus de deux mille ans dans la culture judéo-chrétienne. Si l’on y fait attention, adopter la position hanmi a donc une signification bien plus profonde que de mettre un pied devant l’autre sur un tatami.

Quand hanmi est respecté, le triangle est en place et IKUMUSUBI, le ki du Ciel, est en mesure de créer, alors seulement peut apparaître la manifestation. Quelle forme prend donc cette manifestation en Aikido ? Elle prend celle d’un mouvement bien sûr. Mais pas de n’importe quel mouvement. D’un mouvement technique dans lequel I-KI, l’eau et le feu,MASAKATSU-AGATSU si l’on utilise les termes d’O Sensei, sont unifiés de manière parfaite et conforme aux lois de l’Univers. C’est ce qu’O Sensei appelait TARUMUSUBI, le cycle de la manifestation, qui est une spirale dynamique représentée sur le plan géométrique par la figure du cercle. C’est le moment de la rencontre des forces complémentaires et de leur union, donc du retour à l’Unité, au Un indifférencié d’où elles sont sorties et où elles doivent nécessairement retourner pour que le KI soit unifié. C’est le moment éphémère, dans le monde de la dualité, de la fusion de l’être avec l’origine primordiale. C’est un moment qui, à proprement parler n’est pas de ce monde. C’est le parachèvement des choses dans le développement cyclique. C’est le Tout revenu à l’Unité. C’est le Royaume. Et c’est ce qu’a voulu indiquer O Sensei en lui attribuant un caractère divin. Si l’on y fait attention, exécuter ikkyo, shiho nage ou kaiten nage a donc une signification bien plus profonde que de jeter quelqu’un par terre sur un tatami.

Enfin quand le cercle a été mené à son terme, que le cycle de la manifestation est achevé, que TARUMUSUBI est accompli et que la technique est terminée, la quadrature du cercle est finalement réalisée. Le cercle fluide s’est solidifié, il s’est figé en une forme rigide, minérale, symbolisant la force et la terre, c’est le carré, c’est le 4, c’est SHI en japonais, l’immobilité de la mort, c’est l’immobilisation d’ikkyo, de nikyo, de sankyo, de kote gaeshi où l’on vient à genoux au sol (à terre) dans la position carrée. Le Ciel et la Terre ont été unifiés par l’oeuvre de l’homme menée en conformité avec les lois de l’Univers (qui est n’oublions pas le Un vers quoi il convient de se diriger). C’est l’accomplissement du cycle et son aboutissement, c’est ce qu’O Sensei appelait TAMATSUMEMUSUBI ou KATSUHAYABI. Si l’on y fait attention, l’immobilisation de kote gaeshi par exemple a donc une signification bien plus profonde que la possibilité de déboîter l’épaule d’un adversaire.

Quand le triangle, le cercle et le carré sont réunis dans un mouvement d’Aikido, c’est donc IKUMUSUBI TARUMUSUBI TAMATSUMEMUSUBI, c’est aussi MASAGATSU AGATSU KATSUHAYABI, ce sont le Feu et l’Eau entre le Ciel et la Terre, c’est l’homme au milieu du Pont flottant entre le Ciel et la Terre, c’est le KI unifié, en deux mots que nous connaissons bien : c’est TAKEMUSU AIKI. Aborder l’étude de l’Aikido sous cet éclairage permettra peut-être à notre camarade débutant de comprendre qu’il ne saurait y avoir la technique d’une part et la spiritualité d’autre part. La spiritualité est le prolongement d’une technique juste, elle repose en ce sens entièrement sur la technique, elle dépend de la technique. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est si important d’être rigoureux avec la technique : pour ne pas perdre le lien qui s’établit en elle, par elle, avec la spiritualité. Une technique qui n’obéit plus au Principe est une coquille vide, à cause d’elle est rompu le lien qui mène à la spiritualité.

On dit généralement de l’ésotérisme que c’est une connaissance spéciale, occulte, cachée aux yeux de la plupart et révélée à quelques initiés, par opposition à l’exotérisme qui serait en quelque sorte la vulgarisation de cette même connaissance. Je voudrais dire ici en concluant qu’O Sensei n’a rien caché et qu’il a au contraire toujours tout fait pour mettre ses élèves sur la piste de la connaissance de l’Aikido. S’il y a dans l’Aikido une dimension ésotérique, ce n’est donc pas à cause d’un quelconque souci du Fondateur de dissimuler, de tenir secrets certains enseignements, mais pour la raison toute simple que ces enseignements sont profonds et difficiles par nature et qu’ils sont donc difficiles à comprendre et encore plus simplement à voir. L’ésotérisme au fond n’est qu’un concept dont l’origine et la raison sont à chercher dans la faiblesse de notre vision du monde.

Matthieu J, 23 août 2006

J’aurai une question cependant, un jour lors d’un cour, vous nous avez expliquez que le 4 representait la manifestation, et qu’il pouvait prendre deux formes :

 une forme circulaire represente par le cercle, qui correspondra à la manifestation dynamique, c’est à dire au chemin parcouru durant la manifestation technique
 une forme figée represente par le carré qui correspondra à l’immobilité à la conclusion de la technique.

Alors est ce que le 4 manifeste peut etre differencier dans le temps d’execution, ou est ce qu’il n’existe, qu’au moment de disparaitre, là ou tout s’arrete Par ailleurs je voulais vous demandez s’il n’est pas dangereux, de dire que du triangle nait le cercle, d’un point de vue conceptuel, esoterique, je suis d’accord, mais n’avez vous pas peur de retrouver des pratiquants qui en prenant une position hanmi, n’arrive pas à decouvrir la circularite des mouvements, et en viennent à rejeter vos explications ? Dans la pratique physique, le triangle donne naissance au cercle, à la spirale, mais seulement grace à une bonne mise en rotation de l’axe, un bon kokyu... Si je vous pose cette question c’est pour rebondir sur l’un de vos article, ou vous expliquiez que beaucoup confondent le travail kotai avec l’Aikido tel qu’il devrait etre pratiquer. En kotai il est facile de respecter cette position triangulaire et pourtant il est courant de voir des personnes buter à un moment ou à un autre sur la force d’uke car il execute le mouvement en cassant cette idee de spirale.

Philippe Voarino, 27 août 2006

Bonjour Matthieu. Six siècles avant Jésus Christ, les Pythagoriciens prêtaient serment « par la sainte Tétraktys ». C’est une formule mathématique simple : 1 + 2 + 3 + 4 = 10.1 + 2 = 3 signifie que l’unité en se divisant, ou en se polarisant si l’on veut utiliser cette expression, produit le binaire et que par là même, dans la relation qui est ainsi établie, surgit le ternaire. C’est pourquoi cette égalité mathématique peut également s’écrire 1 = 2 = 3. Le Un ayant engendré les parents primordiaux est ainsi parvenu au 3, à la sainte Trinité. Ces parents primordiaux, qui portent en Chine par exemple le nom de yin et yang, engendrent à leur tour et créent ainsi le monde manifesté sous le signe du 4 qui est le nombre entier suivant immédiatement le 3. L’ensemble de ce processus est égal à 10 puisque 1 + 2 + 3 + 4 = 10Entrons plus avant dans la relation qui existe entre le nombre 10 et le nombre 4. 10 est égal à 1 + 9 où 1 est le centre d’un cercle dont 9 est la circonférence.

Il est facile de comprendre que la circonférence ne peut pas exister sans le centre, mais que le centre en revanche contient en lui la possibilité de l’indéfinité des circonférences qui lui sont concentriques. Ceci est normal puisqu’il en est le principe. De même, le monde manifesté, dans sa multiplicité indéfinie, dépend lui aussi d’un principe unique. Ichi rei disait O Sensei, un esprit unique est à l’origine de la création. La Rota Mundi, la « roue cosmique » tourne elle aussi autour d’un centre. Même si nous ne sommes pas toujours capables d’en percevoir la réalité, le monde est ordonné. Un être humain naît de la division initiale d’une cellule unique, et en algèbre la suite indéfinie des nombres entiers naît de la division du nombre 1 qui les contient tous. Le multiple est issu du Un. Voilà pourquoi le centre est l’image du Principe, de l’Unité, dans toutes les traditions humaines, et pourquoi la circonférence représente, elle, la multiplicité de la manifestation. 9 est donc le nombre attaché à la circonférence. C’est pour cette raison que les grandes divisions du cercle sont des multiples de 9 : 90°, 180°, 360°.

Le dénaire (1 + 9) est donc l’expression symbolique de l’expansion du monde manifesté à partir du Un. C’est pourquoi on parle des dix mille êtres de la création. Il trouve sa représentation dans la figure géométrique du cercle.Si l’on considère maintenant le nombre 4, on s’aperçoit qu’il est évidemment représenté par la figure géométrique du carré, mais ceci uniquement si on envisage ce nombre sous son aspect statique. Cette forme statique est alors bien sûr celle qui correspond en Aikido à la fin du cycle de la technique : à cette immobilité qu’est l’immobilisation. Cependant le nombre quatre a un autre aspect. Il peut être représenté par les quatre branches d’une croix symbolisant l’expansion du point primordial et central dans les quatre directions de l’espace. Dans ce cas, cette croix peut être inscrite dans un cercle dont elle forme alors les deux diamètres rectangulaires. Si l’on fait tourner cette croix autour de son centre, elle engendre la circonférence. C’est la signification du fameux svastika. Une fois le cycle achevé, le cercle redevient un carré. Et la quadrature du cercle n’est pas autre chose que cette relation entre les deux figures grâce à laquelle le cercle peut redevenir carré au terme de sa manifestation. C’est la relation entre le quaternaire et le dénaire.

Le 4 est donc, sous son aspect dynamique, symbolique de la manifestation universelle, et sous son aspect statique, symbolique de la fin du cycle de la manifestation, c’est-à-dire de la mort. C’est pourquoi shi en Japonais veut dire à la fois quatre et mort. En Aikido 4 peut donc être attaché aussi bien au développement du cycle technique dans sa phase dynamique qu’à la phase statique d’immobilisation qui caractérise la fin de ce cycle.Pour la deuxième partie de la question, je conviens qu’il y a effectivement un danger du kotai qui fige souvent pendant trop longtemps les pratiquants dans des mouvements linéaires et anguleux, éloignés de la dynamique spiralée de l’Aikido. Mais ce problème est lié au kotai, il n’est pas lié au triangle, il n’est pas lié à la position hanmi. Le triangle est une figure de mouvement, c’est un trait d’union entre le cercle et le carré qui, sans lui, ne pourraient pas entretenir les relations qui sont les leurs. Platon écrit dans le Timée : « Il est impossible de bien combiner ensemble deux choses sans une troisième : il faut entre elles un lien qui les rassemble. » Et O Sensei expliquait dans le même sens : « Lorsque le triangle, le cercle et le carré sont réunis dans une rotation sphérique, il en résulte un état de clarté parfaite. Ceci est la base de l’Aikido. » Budo p 22. Bien sûr rien de tout cela ne peut s’opérer convenablement si l’axe central du corps ne décide pas à un moment de se mettre en mouvement. Mais n’en va-t-il pas de même du Un ? Existerait-il quoi que ce soit du monde manifesté si à un moment il n’avait d’abord fait le choix de se mettre en mouvement ?
_________________
"Il ne savait pas que c'était impossible, alors il l'a fait..." M.Twain
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 25 Mar 2010 - 09:59    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Brunolito
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2010
Messages: 509
Localisation: Midi-Pyrénées
Masculin
Grade: Nidan

MessagePosté le: Jeu 25 Mar 2010 - 10:39    Sujet du message: Triangle / Cercle / Carré: de la forme à l'esprit Répondre en citant

Merci infiniment Matthieu pour cet article TRES enrichissant.
Je l'épingle pour qu'il reste en en-tête de la rubrique, il serait dommage qu'il aille se perde dans les bas fonds du forum.
_________________
"En ces temps de supercherie, dire la vérité est un acte révolutionnaire." G. Orwell
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Pat.Martinez
Kirigami
Kirigami

Hors ligne

Inscrit le: 25 Mar 2010
Messages: 89
Localisation: Paris 20
Masculin
Grade: 5ème Kyu

MessagePosté le: Jeu 25 Mar 2010 - 17:02    Sujet du message: Triangle / Cercle / Carré: de la forme à l'esprit Répondre en citant

On ne peut plus clair.
_________________
Notre père qui êtes aux cieux tenait dans son bec un fromage.
Revenir en haut
Thomas Chenal
Kirigami
Kirigami

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2010
Messages: 13
Localisation: Est
Masculin
Grade: Shodan

MessagePosté le: Dim 28 Mar 2010 - 16:09    Sujet du message: Triangle / Cercle / Carré: de la forme à l'esprit Répondre en citant

Quand le un se met en mouvement...à reprendre avec plus d'expérience, et effectivement Brunolito, à épingler...
_________________
On peut répandre la lumière de deux façons : être la bougie, ou le miroir qui la reflète.
Revenir en haut
Brunolito
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2010
Messages: 509
Localisation: Midi-Pyrénées
Masculin
Grade: Nidan

MessagePosté le: Lun 29 Mar 2010 - 12:40    Sujet du message: Triangle / Cercle / Carré: de la forme à l'esprit Répondre en citant

Plutôt que triangle, rond et carré, en ce moment je médite plutôt sur une vision en 3D : pyramide, sphère et cube. La vision 3D apporte pour moi un élément essentiel, l'homme. Tandis qu'une vision 2D, très austère, nous exclut du symbole, la vision 3D nous replace visuellement dans l'espace et étoffe le principe, lui donne du relief. 
_________________
"En ces temps de supercherie, dire la vérité est un acte révolutionnaire." G. Orwell
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:59    Sujet du message: Triangle / Cercle / Carré: de la forme à l'esprit

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
ITAF - Le Forum Index du Forum -> L'Esprit / Mind -> Philosophie  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers: